Comment éviter de se faire piéger

Eviter les pièges du séjour linguistique.Par quel moyen éliminer le risque de se faire avoir? De quelle manière évite-t-on une intégration trop difficile? Nul besoin d’être un pro en préparation de voyage ou d’exceller en matière d’organisation; il suffit simplement de prévenir avant de guérir. Voici un article que j’ai souhaité rédiger afin de vous conseiller au mieux.

Joindre l’utile à l’agréable en faisant de réels progrès est en quelques mots la définition du séjour linguistique parfait. Qu’il s’agisse de notre chère descendance que l’on envoie ou bien de notre projet personnel à l’étranger, l’intérêt est le même: ce séjour linguistique doit nous être utile, il faut que ce soit une réussite. Or, le critère sur lequel nous basons cette réussite est le plus souvent la progression dans la langue. Cependant pour progresser il faut d’abord que nous y soyons aptes. Est-ce qu’on est prêt à recevoir un choc culturel? A s’adapter aux lois locales, aux traditions, à la cuisine? Certes, il va falloir faire des compromis mais il suffit de s’intéresser un peu et de simplement vouloir vraiment faire ce séjour linguistique pour que ces efforts d’adaptation paraissent minimes. Alors, prêts à faire une croix su r le petit déj croissant/chocolat au lait?

Identifier ses intérêts et s’informer

Tout va dépendre de nos attentes et de nos exigences et quel que soit l’organisme par lequel on passe, il est vital de s’assurer que celui-ci les ai bien définies et comprises. Par conséquent le premier pas à faire : bien choisir l’organisme avec lequel on va traiter.
Facteur initial: Hormis les organismes sérieux régulièrement en quête de parfaire leurs programmes et service, il y a aussi beaucoup d’amateurs fantaisistes qui ne se gênent pas pour profiter de notre souhait de réussite. Déjà, il faut savoir que pour avoir le droit d’opérer en tant qu’agent ou organisme il faut être certifié et agréé en tant que tel. Aussi, il va de soi qu’une bonne réputation et de l’expérience soient de mise.

Aussi, un organisme qui dépend d’une fédération et qui détient des accréditations est à privilégier. Heureusement pour nous, des syndicats spécialisés dans le secteur du séjour linguistique existent pour nous venir en aide. En effet, un bon exemple de syndicat que je n’hésite pas à nommer; l’UNOSEL (Union Nationale des Organismes de Séjour Linguistique) a révélé qu’il y a une quinzaine d’année de cela, au moins la moitié des organismes n’étaient pas en règle! Donc renseignez-vous sur l’organisme choisi avant de réserver; cela ne coûte rien et peut éviter bien des problèmes qui peuvent nous gâcher la vie une fois arrivé à destination.

Le choix

Une fois la confiance établie en un ou plusieurs organismes, trier et filtrer l’étendue (paraissant bien souvent interminable) des programmes et formules selon nos priorités et besoins. Entre le nombre d’heures de cours, le vaste choix d’hébergement, l’encadrement souhaité et le genre d’activités à choisir avec en plus les différents niveaux d’anglais que nous pensons avoir alors qu’en fait nous n’en connaissons même pas la définition : la tâche n’est pas facile à accomplir. Demandez de l’aide directement à l’organisme en leur expliquant ce que vous souhaitez, ce que vous aimez et surtout ce qui est une nécessité pour vous. Pensez aussi à obtenir des témoignages (forums, connaissances) tout en essayant de ne pas vous laisser influencer, car vos attentes et besoins diffèrent de ceux des autres. Les expériences des autres servent toujours; il peut toujours y avoir une chose à laquelle nous n’avions pas pensé.

Enfin veillez à vérifier ce qu’il y a d’écrit sur les brochures, fiches d’inscriptions et particulièrement sur les conditions et termes de l’organisme. Ce dernier point est très important et entre nous, ce qui est souvent écrit en tout petit au dos d’un document que l’on n’a pas vu ou pas compris s’avère généralement être la source d’un problème ou la cause d’un malentendu.

Pour finir, rappelez-vous que je suis une ancienne étudiante, ancienne employée d’école de langue et surtout expatriée française vivant sur l’ile. Un doute, flou total ou besoin de bons plans, vous pouvez me contacter par email. Si je peux sauver des vies..:)

Ce contenu a été publié par . Sur ce blog, tout est histoire d'entraide. La communauté ou moi-même vous donnerons un coup de pouce en partageant nos bons plans. Quelle école choisir, quels cours conviennent, où aller, qui a déjà fait, qui a déjà vu - envoyez le message que vous voudrez.

Une question? Un post?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.



15 réflexions au sujet de « Comment éviter de se faire piéger »

  1. Bonjour,

    Il faut surtout expliquer que si il recherche la mer avec de belle plage, a part la Blue lagoon y’a pas grand chose ici à faire.

    A part des heures de Bus interminable, ainsi que des taxis ou ecabs roulant comme des fous furieux.

    Sinon à part ça les gens sont gentil, mais vivre toutes une vie ici JAMAIS. Peut être car je ne suis pas habitué à une routine et à une ile aussi brouillon qu’est Malte.

    Si vous avez des enfants, c’est chaud de leur apprendre comment traverser les routes, car il y’a très peu de passage piéton.

    A quoi pense les Maltais quand il construise des routes?

    • Bonjour Mickael,
      La communauté et moi-meme vous remercions de votre témoignage sur l’île et il y a du vrai dans ce que vos dites. Si on recherche de longues plages de sable fin, Malte n’est pas la meilleure île. Cependant, Malte reste quand même la destination idéale pour apprendre l’anglais. C’est beaucoup moins cher que de faire un séjour linguistique en Angleterre, il suffit juste de choisir les meilleures écoles en demandant des recommandations fiables et en consultant les avis des étudiants. Je pense qu’il y a des avantages incontournables à habiter sur l’île mais en effet, elle a des côtés brouillons. L’un de ses meilleurs cotes que la France n’a pas actuellement, c’est la sécurité et la sûreté. Malte est une île tranquille et c’est la raison pour laquelle elle touche un large public d’étudiants ou d’expats, ne trouvez-vous pas?
      La concurrence dans le secteur des transports en commun certes n’est pas top. Tous savent pertinemment qu’ils sont en position de force, donc ils en profitent. Reste a savoir jusqu’à quand, car les jeunes sociétés de transports, comme ecabs, font toute la différence.
      Voilà le fond de ma pensée (qui n’est pas unique, je pense)
      Bien à vous et bon weekend!,
      Anne.

  2. Bonjour
    j’ai 70 ans et aimerait parler couramment Anglais..
    Quelle sorte de séjour me conseillez vous ? bases assez solides mais difficultés à parler et comprendre .
    En 2016 est ce possible ?. Suis très disponible.
    CORDIALEMENT